Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
voiesanciennes.over-blog.com

Réflexion sur l'origine du réseau routier gallo-romain, par Adelaïde VAN DUYSE

Réflexion sur l’origine du réseau routier gallo-romain

 

Le réseau routier gallo-romain a survécu jusqu’à nos jours sous différentes formes, de la limite cadastrale à la chaussée encore en activité. On prend aujourd’hui conscience de son importance en tant que patrimoine culturel et de l’intérêt de le conserver. Pour mieux comprendre ce vestige du passé, il est intéressant de remonter à son origine. Dans le cadre d’une thèse de doctorat, ma recherche s’attèle notamment à étudier l’implantation du réseau routier gallo-romain, son développement durant le Haut-Empire et son impact, sur le territoire de la Gaule Belgique. 

Souvent considérées comme une conséquence de la conquête, les voies romaines en sont plutôt un outil. Elles servent l’organisation administrative du territoire, mais aussi les ambitions de conquêtes ultérieures, vers l’Angleterre et le Rhin. Par la suite, elles se développent et évoluent vers une fonction économique en favorisant les échanges intra et inter-provinces, et en focalisant les centres de redistribution à leurs carrefours ou l’implantation d’agglomérations sur leurs tracés.

Ces voies ne sont pourtant pas toutes des créations purement romaines. De nombreuses routes sillonnant la Gaule Belgique préexistaient à l’arrivée des Romains, reliant entre eux les établissements gaulois. C’est d’ailleurs grâce à ces chemins que César et ses troupes se sont si rapidement déplacés lors de la conquête de nos territoires. Réutilisées dans un premier temps, les Romains les ont viabilisées et retracées au besoin. D’autres voies, bien romaines et caractérisées par leur tracé rectiligne, se sont ensuite ajoutées au réseau.

Empierrées, transformées en chemins secondaires ou abandonnées, les voies gauloises sont à la base du réseau établi par les Romains dans nos régions. Notre vision de ce patrimoine peut dès lors être remise en perspective. Cet héritage culturel mixte, à la jonction de deux cultures qui ont forgé la civilisation gallo-romaine, est profondément ancré dans nos racines et notre passé. Il mérite donc d’être étudié avec attention afin de cerner son implication dans  la construction du réseau romain.

 

Adélaïde VAN DUYSE

Doctorante à l’UCL (Université catholique de Louvain)

 

Partager cette page

Repost 0